samedi 31 octobre 2015

A la rencontre des poneys sauvages

Je vous ai déjà brièvement parler des poneys Pottok dans mon article "Ce pays que je voudrais visiter". Le week-end dernier, j'ai pris mes baskets et suis partie à la rencontre de ces petits poneys de montagne...


Les Pottoks de la Rhune


Le Pottok est une race de petit poney rustique, dont l'effectif se trouve à 90% au Pays Basque. Il vit en liberté et à l'état sauvage sur La Rhune, l'un des sommets des Pyrénées (64 Pyrénées Atlantiques). D'ailleurs ici, on les appelle les "Pottiok" ("Pottok" signifiant "petit cheval" en basque). Sa morphologie particulière et ses 1,32m lui permettent de vivre dans le climat rude de la montagne et grâce à ses longs poils, il y reste toute l'année, de la chaleur écrasante du sud aux neiges hivernales.

Au départ de la randonnée qui grimpe jusqu'au sommet, il est écrit noir sur blanc qu'il est interdit de toucher les poneys, sous risque de morsure ou de coup de sabot. En effet, ces poneys sont sauvages. Toutefois, je ne sais pas si cette interdiction est vraiment pour protéger les visiteurs ou plutôt pour protéger les poneys. Quoi qu'il en soit, j'ai préféré m'abstenir de les toucher, je tiens à mes doigts !!!

Pas farouche la bestiole

On croise très vite les poneys, car ils sont tout de même assez nombreux, bien que dispersés les uns des autres. Leur crinière est longue et emmêlée, jolie preuve de leur vie de bohème. Bien que non dressé, ils ne sont pas farouches. On peut s'approcher à 2 mètres d'eux sans qu'ils ne prennent la peine de lever la tête de leur touffe d'herbe. Même les poulains ne sont pas peureux et n'hésitent pas à vous doubler sur le sentier.

Paye ton panorama quoi.
Ces petits chanceux profitent d'un panorama à vous couper le souffle. La Rhune toise 905 m et permet une magnifique vue sur Saint Jean de Luz, Biarritz, l'Espagne, ou encore les vallons verdoyants du Pays Basque. La randonnée en elle-même est assez sportive : 2h30 pour monter, à travers des chemins très rocailleux et très pentus pour la moitié, et pour l'autre moitié plat et sous les arbres. La descente se fait en 2h. Mais franchement, il faut vraiment être sportif et armé d'une bonne paire de chaussure avant de s'aventurer la dedans. Si vous ne vous sentez pas l'âme d'un crapahuteur, vous pouvez opter pour le petit train de La Rhune qui peut vous monter au sommet, vous descendre, ou les 2.

Je me suis régalée de voir ces animaux à l'état sauvage, car ce n'est pas si commun. Maintenant, place aux photos ! Prises par mon chéri et moi-même ! Bon voyage !!!




"Wesh mec tu me prêtes une touffe ?"

Petite vidéo d'un poney qui était sur mon chemin, qui m'analyse, me fait l'honneur d'un hennissement et poursuit sa route  :



* Et vous, connaissez-vous les pottok sauvages de la Rhune ? *



22 commentaires :

  1. Magnifique... ici nous avons la possivilité d'observer des hardes sauvages... c'est tellement rare !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis c'est pas courant chez nous.. ça fait plaisir :)

      Supprimer
  2. Des supers paysages ET des poneys au même endroit. Que demander de plus?

    RépondreSupprimer
  3. ça me rappelle de beaux souvenirs ! j'avais adoré mon escapade mouvementée au pays des pottok il y a bien lontemps (à la recherche des poneys, nous étions tombés sur un troupeau de moutons avec des cloches !!). J'étais allée du côté d'Ixtassous et Bidarray. C'est vrai qu'il faut tenir du cabri pour les suivre en montagne !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vu les moutons aussi et on a même vu des vaches. Et des rapaces ! Tu y a été quand ?

      Supprimer
    2. Quand j'étais ado... ça date ! J'avais aussi vu des rapaces et j'avais pu visiter un superbe élevage de pottok à Bidarray... c'était vraiment sympa.

      Supprimer
  4. J'y suis allée cet été ! C'est vrai que c'est génial de voir des poneys comme ça même si ça se mérite (la montée est duuuure) ! Par contre, les poneys ne sont pas en liberté mais en semi-liberté (les proprios vont les voir deux fois/an env. pour vérifier si tout va bien, contrôler les naissances et récupérer des poneys s'il y en a vendre).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, j'ai dit liberté dans le sens où il n'y a aucune barrières et ils sont libres d'aller partout dans ces montagnes. Même si les humains veillent dessus, les poneys sont libres :)

      Supprimer
  5. Salut ^^

    Super article (: Je ne savais pas qu'il y avait des poneys en semi liberté en France (; En tout cas, tes photos sont magnifiques et donnent envie d'y aller ^^ Bon faut être sportif mais ça vaut le coup (;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et la randonnée en elle-même est sympa à faire même sans poneys :)

      Supprimer
  6. Honte à moi, en plus de dix années à passer l'été au Pays-Basque, je n'ai jamais fait le petit train de la Rhune alors que je voulais tant voir les Pottocks ! :(

    D'ailleurs le poney de ta vidéo me fait penser à Poïta, l'héroïne dans "Le libre galop des pottocks", un petit roman acheté sur place bien sûr :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors il faut y aller !! Je jamais dire jamais :)

      Supprimer
  7. La chance j'aurais adoré faire cette superbe randonnée! !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour si tu passes dans le sud ouest tu m'appelles et on y va :)

      Supprimer
  8. Je suis tombé sur plusieurs troupeau en allant à Andorre... Des souvenirs mémorables :)

    Et carrément, les dindons viennent te voir, j'ai même pus toucher le poulain d'une jument sans me faire charger. L'étalon était à quelques mètres histoire de surveiller, puis ensuite 3 autres troupeaux nous ont rejoins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Woah génial ! Ca doit être une expérience hyper chouette !

      Supprimer
  9. Le centre équestre Larrun alde propose de monter à la Rhune à dos de mulet!C'est moi dur qu'à pied!et plus équestre!

    RépondreSupprimer
  10. Bonne idée de parler de ces poneys sauvages souvent méconnus. Mes parents m'ont emmenée les voir lorsque j'étais petite. Prémonitoire ou pas...coïncidence ou pas... le premier cheval que j'achète : c'est une ponette croisée Pottock/NewForest. Une petite merveille en ballade, un caractère en or et pleine de bonne volonté.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires me motivent à continuer le blog ! Merciiii !!